Qu’est-ce que le label Oeko-Tex® ?

Par 17 mars 2018juillet 9th, 2019Blog à la une, Mode
petite fille soufflant sur une fleur

On le retrouve sur la plupart des textiles et des vêtements écologiques, mais on ne sait pas vraiment ce qui se cache derrière le label Oeko-Tex®. Critères, tests, classes… On vous en dit plus.

Quand on commence à se poser des questions sur notre façon de consommer, que l’on cherche à acheter plus sain, plus juste, plus en rapport avec nos valeurs… on ne sait généralement pas trop par où commencer, comment choisir, à qui faire confiance ? Du coup, les labels c’est bien pratique ! On regarde une bonne fois pour toutes ce qu’ils représentent, sur quels critères ils se basent. Et si ces derniers nous conviennent, on sait comment acheter : en se fiant au label.

main bebe sur tissu Oeko-TexEn matière de textile, celui qui revient souvent c’est Oeko-Tex® (öko-Tex en Allemagne, où il a été créé par une association indépendante). Alors, que se cache derrière ce leader mondial des labels santé ? Le Standard 100 by Oeko-Tex® est un label qui concerne tous les produits textiles bruts, semi-finis et finis à toutes les étapes de leur traitement, ainsi que tous les matériaux accessoires. Il certifie donc les fils, les tissus, les vêtements, les boutons, les étiquettes, les linges de maison, les tissus éponge… Ce label teste et certifie que les textiles sont exempts de matières chimiques nocives à la santé – ou seulement présentes à une teneur très faible.

Un label qui certifie des textiles exempts de matières chimiques

Pesticides, phtalates, phénols chlorés, métaux lourds, formaldéhyde, benzène, toluène chlorés, organo-étains, colorants… C’est fou ce qu’on peut trouver dans un textile non certifié ! Certaines de ses substances sont cancérigènes, allergènes, irritantes… et d’autres dégagent des COV (composés organiques volatiles) particulièrement nocifs. Certains composants sont mêmes interdits par la loi comme les colorants azoïques, le nickel, le pentachlorophénol ou encore le cadmium, mais se retrouvent comme par magie dans les vêtements.

Plus le contact d’un produit avec la peau est important, et plus la peau est sensible – et celle de nos enfants l’est particulièrement ! – plus des exigences antiallergiques strictes doivent être respectées. C’est pourquoi les produits textiles testés sont affectés à l’une de ces quatre classes selon leur utilisation finale. Et les valeurs seuil des substances chimiques diffèrent selon ces classes :

Classe 1 : Articles pour bébés et enfants jusqu’à 3 ans (sous-vêtements, grenouillères, vêtements, linge de lit, éponges…).

Classe 2 : Articles utilisé en contact avec la peau (sous-vêtements, linge de lit, t-shirts, bas…).

Classe 3 : Articles utilisés sans contact avec la peau.

Classe 4 : Matériaux d’équipement (rideaux, nappes, revêtements de meubles…).

Des tests nombreux et surtout indépendants

Les tests sont multiples. On vérifie, par exemple, au moyen d’une transpiration artificielle, quelle quantité de substance se détache du textile. On effectue des tests avec de la salive artificielle pour simuler l’ingestion de produits chimiques, on teste également l’émission de substances nocives présentes dans l’air…

Alors bien-sûr le label Oeko-Tex® ne signifie pas textile bio ! Toutes les étapes de la fabrication d’un textile ne sont pas certifiées comme étant écolo-friendly (l’association a d’ailleurs diversifié ses labels, et certains vont beaucoup plus loin en matière de développement durable, mais cela sera l’objet d’un autre post ;). Quoi qu’il en soit, choisir un vêtement ou un textile certifié Oeko-Tex® vous donne certains gage de garantie importants…

Le label Oeko-Tex® pratique des essais sur les textiles et établit des valeurs limites sur des bases scientifiques sur plusieurs centaines de substances réglementées, ou d’autres susceptibles de poser problème, même si elles ne sont pas encore réglementées par la loi. Et comme ce label va beaucoup plus loin que les données en vigueur sur le plan international, qu’il pratique des contrôles et des audits dans les sociétés de fabrication de vêtements, cela sensibilise tout ce beau monde sur une utilisation plus responsable des produits chimiques !

une petit fille sur tissu Oeko-TexAlors si nous consommateur avions une démarche d’exigence et privilégions plus les textiles « propres », je suis sûre que les marques – même non écologiques – ferait un effort concernant l’emploi des ces substances nocives à l’environnement et à notre santé. Ce serait un argument marketing de plus pour elles – un peu comme ce qu’on voit avec le bio dans le domaine alimentaire – et donc un avantage pour nous. Et comme, en matière de protection de l’environnement et de notre santé, la fin justifie les moyens, on fait passer le message des textiles certifiés autour de nous, et on utilise notre arme de destruction massive qu’est l’acte d’achat pour faire bouger les lignes !

Et vous, que pensez-vous des labels écolo qui nous éclairent un peu le chemin ?

Leave a Reply